voyages et deplacement

Voyages et déplacements

Bien préparer son matériel photo pour éviter les ennuis

L’indispensable à emporter | Les risques encourus | Sauvegarder ses photos | Protéger et nettoyer son matériel

FIXEZ-VOUS UN OBJECTIF !

Pour les heureux possesseurs de reflex ou d’appareil photo hybrides à objectif interchangeable, n’oubliez pas celui qui va correspondre à vos projets. Que vous partiez en expédition amazonienne ou dans la jungle de New York, vous risquez de ne pas avoir les mêmes besoins.

Photos de paysage urbain ou de nature.

Nous vous conseillons un objectif grand-angle pour que votre fenêtre de visée soit la plus large possible, où pour accentuer les perspectives.

Photos de faune

Nous vous conseillons un téléobjectif (200 mm minimum) qui vous permettra de faire de beaux instantanés de singes, d’oiseaux ou gibiers dans leurs milieux naturels.

Photos de portrait

Nous vous conseillons un petit téléobjectif, à partir de 80 mm, qui vous permettra un meilleur rendu de votre photo (floutage de l’arrière-plan par exemple), mais surtout, de réussir vos photos prises sur le vif en restant loin et discret, sans que la personne ne pose devant vous, tout en restant, idéal lors de la rencontre d’ethnies.

Photos de fleurs et d’insectes

Nous vous conseillons un objectif macro, qui vous permettra d’obtenir un maximum de détails.

voyages et deplacement

BATTERIES, FLASH, CÂBLES... QUE DOIS-JE EMPORTER ?

Les batteries sont très sensibles au voyage. Le froid et la chaleur peuvent rogner leur autonomie. Alors que généralement votre batterie tenait la journée lors de vos shootings à la maison, vous vous retrouvez avec une batterie vide à l’heure du déjeuner une fois sur place.

Le froid est la principale cause de déchargement rapide des piles, accus et batteries. Le risque qu’elle vous lâche en cours de route ou de ne pas en retrouver sur place n’est pas négligeable. Nous vous conseillons de partir avec une seconde batterie. Évidemment, n’oubliez pas votre chargeur ni les adaptateurs secteur pour les voyages hors d’Europe !

Les câbles représentent également un encombrement non négligeable. S’il correspond à votre appareil, vous pourriez ne partir qu’avec un câble USB. Il vous servira pour d’autres appareils (smartphone, tablette...).

Les flashs sont aussi encombrants et peuvent être gourmands en énergie. Vos vacances peuvent être l’occasion de s’essayer au mode sans flash et de découvrir un nouveau style photographique.

Enfin, il y a toujours une question qui revient lorsque l’on prépare ses bagages : le poids ! Pour le trépied, c’est foutu, surtout lorsqu’on part en trekking sac au dos. Il existe néanmoins des solutions alternatives comme le monopode ou encore le mini-trépied. Alors que le monopode aura l’avantage de donner de la stabilité à votre appareil à hauteur d’homme, le mini trépied quant à lui sera plus convaincant pour les photos de famille avec retardateur ou les photos de nuit, d’autant plus qu’il ne prend quasiment aucune place. Alors pourquoi pas les deux ?

LES PRINCIPAUX RISQUES POUR L’APPAREIL

Malheureusement, c’est en voyage que nos appareils photo risquent le plus de s’abimer. Le nombre de photos quotidiennes est généralement plus élevé, les risques de choc aussi...

Risque 1

L’avion. Nous vous conseillons d’emporter appareil et objectifs avec vous dans vos bagages à main. Celui-ci restera près de vous et ne subira pas les chocs occasionnés par les manipulations des bagages en soute pas toujours très délicates. Les trépieds n’auront d’autre choix que d’être dans la valise, en soute. Il n’y a pas de risque particulier pour les appareils numériques avec les scanners, l’altitude ou pressurisation de l’avion.

Risque 2

La chaleur. Attention aux extrêmes ! Un appareil photo placé derrière une vitre de voiture sous un soleil de plomb pourrait bien être endommager, que ce soit pour son mécanisme ou les grippes, plastiques et autres parties.

Risque 3

Le froid. Comme rappelé ci-dessus, ce sont vos batteries qui subiront le plus les effets du froid. Gardez votre batterie de secours sous vos vêtements, bien au chaud, pour augmenter sa longévité. Attention : les grandes variations de température peuvent également créer de la condensation. Dans ce cas, vérifier régulièrement votre appareil afin d’éliminer toute trace d’eau le plus tôt possible.

Risque 4

L’humidité. Si le chaud et le froid n’ont que des effets limités sur vos appareils, l’humidité risque d’être l’une des principales causes de vos problèmes... Une pluie intense, des embruns marins, un fort taux d’humidité pourrait endommager l’électronique du boitier ou des objectifs.

Quelques conseils bien utiles contre l’humidité :

  • Utilisez un sac avec housse de pluie intégrée.
  • Ayez toujours avec vous un chiffon bien sec pour essuyer les gouttelettes qui se forment sur votre matériel.
  • Placez quelques sachets anti-humidité dans le fond de votre sac photo.
  • Au quotidien, nettoyez votre matériel, afin de vérifier qu’aucune goutte d’eau n’est entrée dans la chambre ou sur les connexions.
  • En cas de risque trop élevé, un trekking dans la jungle amazonienne par exemple, il est peut-être préférable de diriger votre choix de matériel vers un appareil étanche ou tropicalisé.

Risque 5

La poussière. C’est le second risque important pour votre matériel. Généralement, c’est lors du changement d’objectif que la poussière est la plus problématique : si des poussières entrent dans la chambre, elles peuvent apparaître sur vos photographies, mais aussi endommager votre matériel comme rayer le capteur, les lentilles. Il est nécessaire de bien connaître également les procédures de nettoyage de votre appareil. En cas de poussière fine et dense (désert, volcan...), la poussière peut s’infiltrer dans votre objectif par la jointure – au niveau de la bague de zoom – ce qui pourrait endommager l’objectif. De même que pour les problèmes d’humidité, du matériel tropicalisé ou étanche règlerait ce problème.

Astuce hyper simple. Pour continuer à prendre vos photos, même sous la pluie, emballez votre appareil avec un sac en plastique. Resserrez avec un petit collier de serrage ou des élastiques. Insert image « Astuce hyper simple » (Insert image « Astuce hyper simple »)

Comment sauvegarder mes photos en voyage ?

Que vous partiez une semaine ou un mois, vous aurez à stocker vos images quelque part. Selon la quantité d’images et la qualité de vos photographies, vous allez avoir besoin de place.

Si certains préfèrent acheter autant de cartes mémoire que nécessaire, d’autres souhaiteront plutôt sauvegarder les images sur leur ordinateur, les graver sur un DVD ou encore les envoyer sur un serveur distant. Avant de faire votre choix, et dans la mesure du possible, définissez le nombre d’images que vous pensez faire et le poids qu’elles feront pour estimer le volume de stockage nécessaire.

voyages et deplacement

Différentes solutions s’offrent à vous :

  • Les cartes mémoires. Elles ont l’avantage de ne pas prendre de place, de poids, sont solides et leur manipulation est on peut plus simple (pas de risque d’erreur pendant le transfert). Il existe une grande variété de capacité de 16 à 512 Gb.
  • Un disque dur externe. Vous pouvez envisager d’emporter avec vous un disque dur portable. L’avantage sera d’avoir beaucoup plus de volume de stockage que les cartes mémoires, mais vous obligera à avoir régulièrement un ordinateur sous la main pour le transfert. De même, l’option graver sur DVD est aussi envisageable, moins chère, mais avec moins de capacité également et pas de certitude de trouver des graveurs DVD partout.
  • Un ordinateur portable. Avec cette solution, vous gèrerez vos photos comme à la maison ! Facile à trier, à retravailler, à stocker, c’est une situation confortable, mais qui nécessitera du poids en plus dans vos bagages, une dépendance supplémentaire à une source d’énergie et des risques accrus de vol. Il est possible depuis votre ordinateur de sauver vos précieuses photos de voyage sur des clés USB. Leur compacité et leur capacité allant de 8 à 512Go pourront vous être d’une grande utilité.
  • Le stockage en ligne. Cette solution nécessite d’avoir régulièrement une connexion internet, ainsi qu’un bon débit. En effet, vous pouvez envisager de sauvegarder vos photos sur des services de stockage en ligne du type Dropbox ou Google Drive. Flirck, plateforme dédiée à l’hébergement et au partage de photos propose même un espace de stockage d’un téraoctet. Soit environ 220.000 photos de 16 méga- pixels. Tout ça, à condition d’avoir un débit internet suffisant, si vous ne voulez pas rester coincé toute la nuit devant un ordinateur. Cette solution peut intervenir en complément à l’une des options citées afin, par exemple, de créer une sauvegarde pour pallier un problème technique, de perte ou de vol de votre matériel.

PROTÉGER ET NETTOYER SON MATÉRIEL

Attention : ces quelques conseils ne doivent en aucun cas se substituer aux règles et préconisations énumérées par le fabricant de votre matériel. Dans tous les cas, reportez-vous au manuel de votre appareil pour connaître l’entretien qui lui est approprié ou contactez un de nos collaborateur.

Préparez ce dont vous avez besoin pour l’entretien. Si nous vous conseillons de le faire réaliser chez un spécialiste, il peut être intéressant de savoir réaliser ces opérations vous-même avec votre kit de nettoyage.

Ce n’est pas une fois à l’autre bout de la planète, isolé de toute structure professionnelle qu’il faudra s’inquiéter de poussières à l’intérieur du boitier.

Passons en revue ce qu’il faut faire et savoir faire :

  1. Protéger votre écran. Comme pour un téléphone ou une tablette, l’écran de votre appareil photo est fragile : un simple protecteur d’écran vous évitera de le rayer.
  2. Nettoyer vos objectifs et vos filtres. Essayer de le faire régulièrement, avec une lingette appropriée, des deux côtés de l’objectif et des filtres. Avec une soufflette, vous pouvez également chasser les poussières qui auraient pu se glisser dans l’objectif.
  3. Nettoyer la chambre. Autant que possible, ouvrez cette partie avec précaution, dans un environnement sain, sans poussières. Évitez l’extérieur ou les pièces où l’on brasse de l’air autour de vous, avec de la moquette... Normalement, une poire (ou soufflette) vous permet de retirer la majorité des impuretés de votre boitier. Un pinceau spécial peut également vous aider.
  4. Nettoyer le miroir, le verre de visée. Ces parties sont fragiles et à manipuler avec délicatesse. Même s’il existe des procédures de démontage pour le verre de visée (appelé aussi dépoli) par exemple, nous vous conseillons de ne pas aller plus loin qu’un coup de soufflette ou de pinceau. Sachez que des poussières sur le miroir ou le verre de visée ne seront pas visibles sur vos photos. Alors, n’allez pas mettre en péril votre matériel si vous pouvez attendre de rentrer de vacances pour le faire nettoyer.
  5. Nettoyer les connexions entre le boitier et les objectifs. Vous trouverez des petits picots (côté appareil) ou petites platines (côté objectif) en cuivre qui servent à faire la connexion entre les commandes du boitier et l’électronique des objectifs. Ceux-ci peuvent se corroder et perturber les informations transmises pour faire la mise au point. L’erreur souvent faite est de vouloir passer son doigt dessus alors que la sudation de la peau ne fait pas bon ménage avec le métal... Il existe des sprays spéciaux pour nettoyer les contacteurs. Pour éviter d’en mettre dans l’appareil, pulvérisez le spray sur un coton-tige, loin de l’appareil et frottez-le aux parties métalliques.
  6. Nettoyer le capteur. C’est peut-être le nettoyage le plus délicat à faire, car abimé, l’état du capteur est irréversible et risque de rendre inutilisable votre appareil photo ! Le capteur se nettoie pour deux raisons : si des poussières ou des tâches sont présentes. Généralement, les appareils hybrides sont équipés d’un système de nettoyage automatique qui, à chaque allumage — si l’option est sélectionnée —, va faire vibrer le capteur pour faire tomber les poussières sur un autocollant prévu à cet effet. Si vous apercevez des taches récurrentes sur chaque photo, au même endroit, il se peut que votre capteur ait reçu des éclaboussures de graisse, liées au mécanisme d’ouverture-fermeture du capteur. Le seul moyen de les retirer c’est par un nettoyage manuel, à l’aide d’un stylo spécial. Encore une fois, cette manipulation est très délicate, voire dangereuse pour votre appareil. Nous vous conseillons de partir avec le kit de nettoyage, de vous faire expliquer par un professionnel son utilisation et de ne le faire qu’en cas de nécessité absolue.Si vous le désirez, vous pouvez nous confier cette tâche délicate, un de nos collaborateur spécialisé se fera un plaisir de vous aider.

Bien entretenir son matériel aura toujours plusieurs impacts : son bon fonctionnement, celui du matériel avoisinant, et une meilleure cotation à la revente.

voyages et deplacement

CONCLUSION

Avant de partir, prenez un peu de temps pour mieux connaître votre appareil et le préparer au voyage. Tous nos conseils doivent tenir dans un sac photo, élément indispensable pour entamer le voyage

Voici ce qu’il devrait toujours contenir :

  • Boitier (si, si, ne riez pas… On a déjà vu des photographes arriver sur site et constater qu’ils avaient oublié l’essentiel)
  • Objectifs
  • Flash et batteries
  • Filtres
  • Mono-pied ou/et mini-trépied
  • Câbles de recharge et de transfert, chargeurs et batteries
  • Adaptateur (110V-230V et selon le type des prises de courant dans le pays de destination)
  • Cartes mémoires, moyen de sauvegarde (disque dur, clé USB...), ou autre support
  • Housse étanche, chiffons pour gouttelettes, sachets de cristaux pour absorber l’humidité
  • Lingette spéciale pour nettoyage des objectifs et filtres
  • Kit de nettoyage (soufflette, pinceau et stylo pour capteur)
  • Bouchons de protection pour objectifs et boitiers
  • Facture de vos appareils (contrôle douane)
  • Liste des distributeurs et réparateurs agréés sur votre parcours.

… et n’oubliez pas de régler la date et l’heure de votre appareil.

Bon voyage !