En vacances ? Explorez de nouvelles techniques photo

 

Privé de sortie, vous avez peut-être mis de côté votre boîtier. Pourtant, même à la maison, rien ne vous empêche de continuer à photographier. Mieux : c’est une bonne occasion pour perfectionner votre maîtrise ou apprendre des méthodes encore inexplorées… 

 

 

  • Plongez dans la macro

Repensez à vos photos d’insectes ou de fleurs… Parfaites ? Le moment est venu de redécouvrir les charmes de l’infiniment petit, que ce soit dans votre jardin ou à l’intérieur (bijoux, détails d’un meuble, etc.). Une fois le sujet identifié, munissez-vous d’une focale spécifique, c’est-à-dire offrant un rapport d’agrandissement d’au moins 1:1. Cela signifie que si votre modèle fait 1 cm, alors l’image projetée sur le capteur fera 1 cm. En dessous de cette échelle, on parle plutôt de proxiphotographie. 

 

Niveaux réglages, votre mise au point doit être réalisée au poil pour des détails parfaitement nets. Si l’appareil "rame", passez en manuel. Du côté de la profondeur de champ, ouvrez grand pour laisser entrer la lumière et pour obtenir un bokeh soigné: idéal pour faire ressortir des éléments de la photo. Autre caractéristique ? La distance de mise au point minimale: celle-ci vous permet de vous rapprocher au plus près du sujet. La macro c’est de la dentelle, alors un trépied et un déclencheur vous aideront à gagner en stabilité.

 

 

 

  • Sublimez le mouvement

Vous pensez peut-être que le filé statique — l’opposition entre un décor net et un sujet flou — est réservé aux paysages ? Détrompez-vous! Même à domicile, vous pouvez créer des effets intéressants. Votre salon figé, mis en valeur par le déplacement "fantomatique" de l’un de vos enfants. Le calme de votre rue (par la fenêtre), animé par une traînée de phares de voiture. Ou encore le robinet de votre salle de bain "immobilisé" pour se frotter à l’effet cascade. Autre idée à creuser ? Le light painting.  

 

Pour toutes ces variantes, équipez-vous d’un trépied. Définissez les éléments statiques et ceux mobiles. Réglez ensuite votre boîtier sur une vitesse suffisamment lente pour réussir votre flouté… Tout cela sans bouger ! Ne négligez pas la question de l’exposition, éventuellement avec l'aide d’un filtre dégradé neutre…

 

 

  • Invitez votre boîtier à table

La photographie culinaire est un art à part entière. Profitez de ces bons plats cuisinés en période de confinement pour parfaire votre technique. Première étape ? Une composition tirée au cordeau. Ajoutez des accessoires (ustensiles de cuisine, fleurs, etc.), jouez avec les couleurs et les formes, intégrez un élément humain (une main "gourmande", par exemple), etc. Le but est de raconter une histoire et de mettre en valeur les aliments. 

 

Pour le matériel, un trépied peut être utile, mais ce n’est pas indispensable. Privilégiez une focale lumineuse et concentrez-vous sur la qualité du bokeh afin de "détacher" certaines parties du sujet. La lumière ? L’idéal est de profiter des rayons du soleil à travers la fenêtre. S’il n’y en a pas, équipez-vous de LED ou d’un flash. Une fois ces éléments réunis, c’est votre créativité qui doit parler, notamment en faisant varier les angles. En plongée pour des tableaux géométriques ou à hauteur d’œil pour des clichés gourmands.

 

 

 

  • Boostez votre créativité

Comme l’affirmait récemment l’écrivain voyageur français, Sylvain Tesson, "l’imagination a un rôle important à jouer en ce moment". La technique vous offre un terrain de jeu infini… Avez-vous déjà essayé de capter parfaitement la fumée ? Améliorer vos contre-jours, vos clichés d’intérieur ou vos portraits. Explorez la photo HDR, la méthode d’éclairage "strobist" ou encore vos compétences de retouche. Faites également de la place à votre inspiration pour le choix des sujets: expérimentez, documentez votre quotidien, profitez de vos rares sorties pour capter l’étrangeté de cette période, etc.