Nikon se prépare à lancer son AF-S NIKKOR 500MM F/5.6E PF ED VR. Un superbe téléobjectif à focale fixe. Tout en puissance, qualités optiques remarquables mais aussi morphologie plus compacte et légère que ses équivalents. Y a un truc !

 

Objectif un(iqu)e et secret de la lentille

nikon-nikkor-500mm-f5,6

 Suspense et teasing

Nikon a maintenu un insoutenable suspense pour ses aficionados. L'annonce d’un hybride plein format, en remplaçant sérieux pour ses Reflex D750 et D610 a également été faite la semaine dernière. Plus de mystère donc puisque la marque jaune annonce également son nouveau téléobjectif à focale fixe 500 mm, excusez du peu ! Ce n’est évidemment pas pour monsieur Toutlemonde mais la « bête » a de quoi faire vibrer par ses promesses les fondus de photographie sportive et de vie animale sauvage. Le nouveau « caillou » (on pourrait dire « rocher ») en gestation va faire la différence sur les points d’attention récurrents en matière d’objectifs de même catégorie : à commencer par le poids et la taille… que le Nikkor 500 mm réduit sensiblement grâce à sa botte secrète, déjà dégainée en 2015 pour le Nikon AF-S 300mm f/4E PF ED VR : la lentille de Fresnel.

 

La lentille de Fresnel

Inventée en 1822 (et oui !) par Augustin Fresnel pour les phares maritimes, la lentille plan-convexe n’est pas composée de plusieurs sphères mais bien de tranches de sphères en sections annulaires concentriques. En photographie, ce principe diminue le nombre d’éléments qui composent le téléobjectif (seulement la lentille de Fresnel associée à une lentille en verre normal), et de ce fait l’allège et le fait plus compact. Tout en conservant une formidable performance optique accentuée par une extraordinaire faculté : celle de corriger et compenser admirablement les aberrations chromatiques en agissant sur la diffraction optique. Merci Fresnel !

 nikon-nikkor-500mm-f5,6

 

Signal fort

Avec une qualité de portabilité renforcée, le nouveau Nikkor 500 mm devrait faire la différence par rapport à ses challengers comparables car il se montrera une meilleure aptitude à travailler à main levée, et même en vitesse lente. Avec ce dernier-né qui complétera la gamme téléobjectifs pour Reflex FX de l ‘enseigne japonaise (au côté des AF-S 180-400, AF-S 300mm f/4 et AF-S 200-500mm f/5.6), Nikon délivre un signal fort aux Tamron et Sigma très actifs en embuscade. Reste à savoir quand et à quel prix, ce petit joyau pour capter magnifiquement faune sauvage, avions en voltige ou sportifs en pleine action et à distance, montrera le bout de sa lentille magique. Probablement lors des grands-messes photo de cet automne 2018, nous laisse entrevoir notre zoom de cristal.