CANON EOS M

L’hybride Canon Eos-M

Canon est le dernier constructeur à s’être lancé sur le marché de l’hybride et compte entièrement sur la compatibilité avec les optiques reflex à l'aide de sa bague d'adaptation. Cela fait un peu plus de six ans que Panasonic a inventé le genre hybride avec son G1. Pourtant, ce n’est seulement qu’en 2012 que Canon annonce officiellement son premier hybride, l’EOS M. Face à ce « retard », la maison Canon est vue comme le dernier constructeur majeur à rejoindre toute l’équipe de l’hybride. Trapu et petit, son appareil reprend de manière identique l’électronique ainsi que le capteur APS-C du Canon EOS 650D. À l’inverse de son grand rival Nikon, la marque Canon privilégie l’usage d’un grand capteur.

CANON EOS M

EOS M : un reflex EOS dans un boitier plus petit

Prise audio jack 3,5 mm, mode vidéo Full HD, rafale à 4,3 images par secondes soit au maximum 17 images en format JPEG et 6 en RAW, capteur APS-C de 18 millions de pixels et autres, une analyse de la fiche technique de cet hybride EOS M de prouve qu’il s’agit bel et bien d’un EOS comprimé dans un format mini. Ce sera à peu près l'équivalent de l’encombrement d’un GX1 de Panasonic.

Compatibilités optiques EF et EF-S et nouvelle baïonnette

Nouveau système implique forcément nouveau standard d’optique, c’est-à-dire aux montures plein format ou E et EF-S qui vient s’ajouter la baïonnette EF-M. Pour l’heure, un format qui est composé de quatre optiques. Le classique de 18-55 mm, une focale qui est présente chez tous les constructeurs d'hybrides et/ou de reflex. À ce zoom économique et classique vient s’ajouter une optique plus pointue, un 22 mm en format extra plat. Il s’adresse plus particulièrement aux amateurs éclairés, du fait qu’il offre un 35 mm, un équivalent de 24x36, la focale reine du reportage. La gamme est aussi composée d'un grand angle 11-22mm et un zoom 50-200mm.

La maison Canon joue la carte de la prudence, mais tente de tout contrôler en faisant du pied aux experts. En plus de ces quatre optiques, le modèle hybride EOS M est totalement compatible avec la gamme d'objectifs Canon au moyen d’une bague d’adaptation, disponible en accessoire séparé ou en kit.

CANON EOS M

Un écran tactile capacitif multipoint

En plus de la petite taille et du côté EOS de l’appareil, Canon dispose d’un argument de taille avec son grand écran tactile multipoint capacitif avec une réactivité qui devrait largement être au-dessus de tout ce qui se fait en photographie à l’heure actuelle, selon le constructeur. Ce dernier promet également une interface utilisateur plus proche du Smartphone par rapport aux écrans tactiles qui sont assez lents et que l’on peut rencontrer chez les concurrents.

Force du nom, faiblesse du dernier arrivé

En photographie, le poids d’une marque pèse énormément. Cela a été vu avec une domination justifiée techniquement des appareils Nikon, au cours de leur sortie en 2011. Avec le même cliché en optiques dont une destinée à la vidéo et avec une qualité d’image inférieure, Nikon a réussi à passer devant Panasonic et Sony. Aussi, Canon compte sur son nom pour étouffer le reste de la concurrence, dans l’espérance de reproduire le schéma du reflex. Si tout va pour le mieux avec le grand public qui ne change presque pas d’optique, cela ne pourrait pas faire changer les experts. Même si compatibles avec les optiques EF-S et EF, le boitier EOS-M est tout simplement trop petit pour les soutenir convenablement.