Le dernier né de la gamme X abat plusieurs nouvelles cartes. Du 4K cinéma au rayon vidéo, un capteur enfin stabilisé, une belle réactivité. Bref un hybride plus musclé.  Avec un aspect plus reflex.

 

Photogalerie vous propose de découvrir plus en détails le Fujifilm X-H1 lors de son workshop du samedi 9 juin organisé en collaboration avec Fujifilm et Profoto. Information complémentaires et inscriptions via ce LIEN.

 

Le Fujifilm X-H1  fait son cinéma

 

Enfin, avec son nouvel hybride « haute performance », Fujifilm rejoint le peloton des capteurs à stabilisation 5 axes. Une innovation couplée à une autre encore plus importante : le Fujifilm X-H1 se positionne résolument comme un des rares hybrides (avec le GH5 de Panasonic) à offrir un mode UHD 4K cinéma costaud pour séduire le public pro ou semi-pro des vidéastes avec un pied dans la photo. S’il reprend essentiellement l’ergonomie initiée par le X-T2, le nouveau-venu s’épaissit en look mais s’étoffe à plusieurs égards.

fuji-x-h1

 

Ô ma vidéo

Un signe ne trompe pas le menu vidéo du X-H1 est plus conséquent que son menu photo ! Les mordu de films vont l’adorer. Parce que sa stabilisation de capteur œuvre à fort restreindre les micro-vibrations, même à main levée. Parce qu’il propose de superbes ralentis, un grain fin, des restitutions idéales de couleurs et de tons  (notamment de la couleur chair). Fujifilm offre même un rendu Eterna (inspiré du film argentique du même nom). Un mode offrant une image magnifiquement contrastée avec du détail dans les ombres, sans nécessité de postproduction. Pour appuyer son option « cinéma », Fujifilm sort également deux nouvelles optiques performantes Fujinon MKX.

 

fuji-x-h1

 

Photo, du costaud

Si la vidéo lui vole un peu la vedette, le volet photo n’est pas en reste et profite tout autant des avancées d’un appareil, entre parenthèse très robuste et parfaitement tropicalisé (étanche à l’eau, aux poussières et aux températures extrêmes). Un viseur Oled à 3,7 millions de points, très agréable, lumineux, large, un autofocus amélioré hyperréactif en toutes conditions lumineuses, des rafales jusqu’à 14 images seconde, des images super précises et détaillées (grâce au couplage déjà éprouvé sur le X-T2 du capteur CMOS3 au X-Processor Pro) fait du Fujifilm X-H1 un pro tout-terrain prêts pour la photographie sportive et les situations de prises de vue les plus difficiles. Bref, une alternative compétitive face au reflex pour pro et semi-pro qui veulent réunir en un seul boitier performant pro et video pour 1899 euros. Mais...

 fuji-x-h1

 

 

Le poids de l’énergie

Car il y a un mais… vu que les meilleurs ont toujours leur talon d’Achille. Celui du X-H1 est sa faiblesse d’autonomie, a fortiori accentuée par sa forte dimension vidéo. Pas plus de 300 vues photos avec sa batterie d’origine. Seule solution : acquérir le grip optionnel à deux batteries pour bien en profiter et grimper à 1000-1200 vues. Soit un coût de 329 euros. Mais aussi un poids supplémentaire qui s’ajoute au boîtier déjà imposant et à l’objectif choisi. On est loin de la légèreté et la sveltesse des boîtiers hybrides traditionnels. Le poids de la technologie ?

 

fuji-x-h1