Au travers des photographies de France Demay, elle met l'accent sur le bonheur d'une nouvelle liberté conquise par la lutte sociale en 1936. Le Front populaire a marqué les esprits des générations qui le vécurent, et de toutes celles qui ont suivi, au travers d'une avancée sociale, qui a changé le visage de la société et la vie des travailleurs : les congés payés.

 

Exposition - Un parfum de bonheur du 3 au 26 mai 2019 au Grand Curtius à Liège

 

Cette exposition met en lumière deux visions populaires du bonheur.

Si la principale revendication de 1936, tant en France qu'en Belgique, était la semaine de quarante heures (en Belgique, elle ne s'appliquera que pour quelques secteurs), les congés payés deviendront le symbole des victoires sociales de 1936. Ressentis comme une ouverture sur une nouvelle liberté, celle du temps libre, les congés payés allaient donner à ceux qui en profitèrent pour la première fois le sentiment que l'avenir leur appartenait : un parfum de bonheur.

 

 

Une génération des jeunes photographes, le cœur à gauche et l'appareil en bandoulière, a su capter cette époque et nous a livré un témoignage unique participant à en construire le mythe. Beaucoup d'entre eux, inconnus à l'époque, sont devenus célèbres : Capa, Cartier-Bresson, Chim, Ronis ... parmi eux, France Demay, ouvrier qualifié, acteur des fédérations sportives ouvrières et photographe amateur. Comme Vivian Maier, son œuvre photographique fut redécouverte après sa mort, son talent reconnu et Les Gobelins - Ecole de l'image ont restauré et numérisé ses plaques et négatifs.

En regard de la monographie prêtées par la Collection France Demay, le cercle de photographes liégeois « Priorité à l'Ouverture » a choisi d'exposer les photographies lauréates d'un concours de photographies.

Ce concours, ouvert à tous, a été organisé en 2018 sur le thème du bonheur, dans la perspective de confronter le « parfum de bonheur » de 1936 avec une vision aussi large que possible du bonheur 80 ans plus tard.

Nous n’avons pas été déçus ... du bonheur il en était bien question, comme ces photos attendues de croissants fumants sur la terrasse au petit déjeuner, ou celles de vacances exotiques au bord de mer, de sourires ou de jeux d’enfants, de fontaines en été ... et pourquoi pas celles comprenant tout cela, d’enfants sautant les pieds dans l’eau, quelque part sur les côtes du Sénégal ...

Scènes d’amour évidemment ou tendres tout simplement, parfois des images plus surprenantes, poétiques ou carrément dérangeantes en contrepoint, provoquant le questionnement sociétal que nous recherchions aussi.