Le Canon EOS 100D est « à peine plus gros qu'un bridge comme le PowerShot SX50 ». En modernisant finalement la conception de certains composants qui le méritaient, Canon est parvenu à loger un capteur et une viseur dignes de ces noms dans un boîtier 25% plus petit qu'un EOS 650D. Il faut dire que les reflex étaient jusqu'à présent à la traine en matière de conception, pleins de vide, comparé à des appareils photo compacts ou pire encore à des smartphones.



En main, il faut reconnaitre que l'appareil est étonnant avec l'objectif 40 mm ultraplat (équivalent à un 64 mm). Mais attention, avec le zoom 18-55 mm que beaucoup préféreront, l'ensemble parait presque disproportionné. Les dimensions des objectifs sont effectivement incompressibles. On murmure qu'une focale fixe ultraplate polyvalente, équivalente à environ 35 mm et permettant de réaliser à la fois des plans larges et des portraits, est en préparation.

Quoi qu'il en soit, sur le plan technique ce 100D ne fait pas spécialement de concession, et offre une fiche technique similaire à celle du 650D.

On retrouve notamment un dérivé du capteur CMOS à 18 millions de pixels, offrant les mêmes prestations en photo et en vidéo, mais plus doué en mise au point. Les capteurs à détection de phase couvrent désormais 80% de la surface du capteur, et plus seulement environ 30%. Il fonctionne de 100 à 12800 voire 25600 ISO, photographie jusqu'à 4 i/s et filme en Full HD à 25 i/s, mais avec son mono. L'écran de 3 pouces à un million de points est toujours tactile capacitif, ce qui permet d'économiser de la place en éliminant des boutons physiques, mais il n'est naturellement plus orientable.

Cet étonnant Canon EOS 100D sera associé à un nouveau zoom « EF-S 18-55 mm f/3,5-5,6 IS STM », assurant une mise au point plus fluide que ses prédécesseurs en vidéo.

Pour en savoir plus sur les caractéristiques technique, retrouvez le Canon EOS 100D dans notre boutique.