Exposition 2020, l’œil grand ouvert

 

Rien ne vaut une expo pour rafraîchir son regard et relancer son appétit photo. En voici quatre à cocher pour bien entamer l’année. Ça ne se bouscule pas fort sur le front des expos. Mais, on vous en a déjà quand même épinglé une poignée. Aux styles très éclatés mais toutes très prenantes. 

 

PRESENT

En cours au FOMU d’Anvers, la rétrospective du travail de notre compatriote Stephan Vanfleteren reste incontournable. Si vous n’avez pas encore répondu présent, foncez voir cette expo avant le 1er mars. A l’occasion de ses 50 ans dont 30 de photo, le photographe se révèle au gré des étapes de son parcours. Du jeune reporter d’images à l’artiste auquel les plus grandes stars de cinéma s’abandonnent. La scénographie de l’expo articule habilement toutes les facettes de sa démarche et ses dualités : entre l’extraordinaire maîtrise du noir et blanc, marque de fabrique de Vanfleteren, et la couleur; entre l’amour du mouvement et l’immobilité de certains portraits ; entre prises studio, reportages de terrain (en zones de guerres ou sur l’affaire Dutroux) et trip nomade à travers les USA ou le long des côtes européennes de l’Atlantique. Tout cela construit ce « Present », immersion magnifique dans l’intimité créative du Courtraisien et l’actu des trois dernières décennies. 

 

Jusqu’au 1er mars

FOMU

Waalsekaai 47

2000 Anvers

info@fomu.be

https://fomu.be/fr/expositions/stephan-vanfleteren

 

 

 

MY AMERICA

Point de départ : les endroits des Etats-Unis où la police a tué de civils. Particulier certes, mais évident pour la photographe Diana Matar qui depuis des années traite des brutalités policières, des injustices raciales, des lieux de violence. De son relevé précis de 2200 sites et autant de victimes, elle est allée en shooter 300, en noir et blanc, pour mémoire de la mort violente de chaque individu, donnée par un policier. Lui-même symptôme d’un système social en perdition. Ses photos militantes glacent, simplement accompagnées du nom et des dates de naissance/mort de la victime. Mais elles sont aussi très paisibles cadrant un décor sans présence humaine. Particularité : la photographe a réalisé toutes ses prises de vue avec son iPhone, souvent la seule arme moderne des citoyens pour dénoncer les violences policières. Pour le Musée de la Photo de Charleroi, Diana Matar a retenu 99 de ses clichés, à la fois doux et intenses d’émotion.

Du 25 janvier au 10 mai 

Musée de la Photographie de Charleroi

11, Avenue Paul Pastur, 

6032 Mont-sur-Marchienne

http://www.museephoto.be/

http://www.dianamatar.com/my-america-private

 

 

SORORITÉS

En résonance à sa propre histoire ancrée entre France et Algérie, la photographe 

Lynn S.K. a plongé son regard photo dans celui de plusieurs femmes, vivant des montagnes kabyles jusqu’à Tamanrasset, aux portes du Sahara. Très différentes et très proches à la fois, réunies invisiblement par la sororité. A savoir le lien entre femmes, tissés d’affinités et d’un vécu partagé de par leur même condition féminine et leur statut social. Lynn S.K. capte délicatement derrière les visages ce lien indicible qui relie les histoires de chacune de ses « sœurs ». 

Du 22 janvier au 28 février 

Espace Magh 

Rue du poinçon, 17

Bruxelles

https://www.espacemagh.be

https://www.espacemagh.be/projects/sororites/?pr=5004&gr=1&post=projects&sa=

 

 

RUUD VAN EMPEL

Ce photographe hollandais est à découvrir si vous ne connaissez pas encore son univers très particulier. Ruud, c’est l’imagination conceptuelle au service d’une représentation d’un réel parfait, idéalisé quasi onirique, inspiré par des photos prises par son père durant son enfance. D’où les thèmes omniprésents de l’enfant, noir ou blanc, de la nature, de l’innocence. L’artiste triture par le photomontage et le traitement digital jusqu’au moindre détail ses images au style unique. Esthétiques, picturales, intemporelles, avec sous le vernis artificiel du numérique une justesse dans le rendu de l’humanité. 

 

Du 20 mars au 20 juin

Hangar Art center 

Place du Châtelain, 18
1050 Brussels
Belgium

www.hangar.art