La magie de l’art photographique semble insondable. Elle repose en tout cas sur une alchimie forte entre un regard personnel et un état d’esprit créatif. Relevé d’une pointe de hasard.

 

Une photo géniale n’est jamais un accident

 

Sauf à appuyer involontairement sur son déclencheur, aucune photo n’est accidentelle. Ceci d’autant moins quand elle se révèle exceptionnelle. Toute prise de vue est, en effet, le fruit d’une combinatoire entre un état d’esprit personnel, un instant T, une connaissance technique minimale et un sujet choisi, consciemment ou inconsciemment. Il est donc vain d’essayer de théoriser ce processus car chaque photographe développe au fil du temps son empreinte photographique propre, et unique. Et chacun aura sa propre définition de ce rapport particulier au monde. Avec quand même en commun, certaines constantes.

 

art-de-la-photo

 

Soyez curieux

L’ouverture. On sait à quel point ce réglage et cette capacité variable des diaphragmes d’objectif sont capitaux. Car l’ouverture est synonyme d’intensité de la lumière. L’état d’esprit d’ouverture du photographe est lui aussi le gage d’une meilleure, voire d’une exceptionnelle photo car la curiosité démultiplie les possibilités de sujets sans enfermer le photographe dans des carcans d’horaires, de sujets imposés ou convenus. Cette liberté vous connecte à votre côté créatif, à l’exploration de votre monde personnel. Prenez par exemple le site www.arthotoprints.com que nous évoquions récemment. A travers son écurie éclectique de photographes belges se manifeste la curiosité photographique sous toutes ses facettes : de la magie des océans de Jean-Marie Ghislain à l’insolite urbain de Frédéric Guisset.  

 

fabrice_bihain

 Copyright Fabrice Bihain

 

Soyez créatif

L’approche personnelle est au centre du processus créatif car il repose sur votre sensibilité. Celle d’être présent physiquement et intellectuellement pour déclencher, tous les sens en éveil, à « l’instant décisif » que vous soufflera votre intuition. Que ce soit en streetphotography réactive à l’imprévu ou dans les portraits plus posés. « Regardez le sujet, pensez à lui avant de le photographier, regardez jusqu’à ce qu’il prenne vie et vous regarde en retour », conseillait le photographe Edward Steichen. Steve Mc Curry aussi évoque cette chasse subtile de la densité d’un moment « De manière inconsciente, je guette un regard, une expression, des traits ou une nostalgie capable de résumer ou plus exactement de révéler une vie ». Est-ce à dire qu’il n’existe pas de hasard en photo ? Une photo n’est en tout cas jamais le fruit total du hasard, ni celui d’un « art accidentel » comme en produit parfois la nature. Vous savez, quand les caprices de la gravité, de la physique, de la lumière, du vent et/ou de la couleur nous offrent des spectacles étonnants, décalés. Autant de scènes inspirantes pour les photographes qui les immortaliseront. Jamais par hasard mais par affinité avec leur sensibilité créative.

 

philippe-moes

 Copyright Philippe Moes

 

 

Soyez toujours prêt

Il n’y a rien de pire que de louper « l’instant décisif » pour faire une photo exceptionnelle car « ce que chaque photographie peut reproduire à l’infini n’a lieu qu’une fois », note l’écrivain français Christian Bobin. Un photographe peut hélas laisser passer des occasions fantastiques soit parce qu’il n’était pas prêt dans sa tête ou pire, dans son équipement ! Mauvais matériel, batteries plates, oubli d’un trépied, de filtres, de lentilles ou de tel ou tel objectif peuvent vous coûter de passer à côté des photos de votre vie. Comme le disait déjà au 19ème siècle le philosophe John Stuart Mill : « La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard ». Dans les deux cas, soyez parés.