Qu'est-ce qui rend aujourd'hui le minimalisme aussi essentiel en photographie et comment en faire assez sans en faire... trop peu ? L'avis d'Ante Badzim sur la question.

 

Le minimalisme expliqué

 

Indissociable de l'art contemporain, le style minimaliste en photographie est apparu vers la fin des années 1950 aux États-Unis, en réaction à l'extravagance qui a vu naître le Pop Art.

 

ante-badzim

 

Contrairement aux apparences, ce type de photo n'est pas à la portée du premier venu, en dehors des accidents heureux. Il faut être doté d'un sens aigu de l'esthétique pour produire des clichés intéressants. Cela dit, le mode ouvre un champ de possibilités immense, car tout ce qui nous entoure a le potentiel de devenir l'objet ou le sujet du minimalisme : une fleur perdue dans un terrain, une personne ou un animal perdu dans espace, un bateau sur un lac calme, voire une ombre au mur.

 

Ante Badzim est passé maître en la matière. Cet Australien d'origine croate est basé à Sydney. Il explique qu'il a reçu son premier appareil à l'âge de 10 ans. C'est à ce moment que la photographie est devenue sa seule véritable forme d'expression. Il s'est confié mi-janvier au blog ISO sur sa vision du minimalisme.

ante-badzim

 

Sur son intérêt pour le genre :

« Mon approche vise à montrer la beauté du sujet, tout en minimisant les distractions qui l'entourent. Je me suis longtemps senti inaccompli et frustré par les objets dans le cadre. Je voulais les gommer. Aujourd'hui, je sais que c'est parce que je n'avais pas encore trouvé mon propre style. J'ai remarqué que lorsque je travaillais un sujet ou un espace minimaliste, je me sentais plus à l'aise. C'est à partir de ce moment-là que ma créativité a pu s'exprimer. Le minimalisme s'est littéralement imposé à moi. »

 

Quels conseils donne-t-il à ceux qui veulent expérimenter dans le domaine ?

« Ne pas avoir peur de défier l'esthétique. C'est ainsi que vous allez avancer. J'ai récemment voyagé à Tokyo. J'étais au départ préoccupé par le manque d'opportunités dans mon style. Je me suis alors rendu compte du pouvoir de l'interprétation dans des situations inattendues. Il faut toujours garder en tête que votre sujet doit être fort et se suffire à lui-même. Il faut aussi veiller à ce que l'espace autour du sujet soit suffisant pour le mettre en valeur. »

 

Vous pouvez consulter les compositions d'Ante Badzim sur son compte 500px